Mes regrets...

Quand j'ai commencé, dans les années 80, c'était la fin de la grande époque du moyen orient. Pour moi seul le national m'intéressait. En fait ces voyages lointains m'effrayaient. L'inter je l'ai vraiment attaqué en 85 et seulement sur la CEE de l'époque, le premier voyage à l'est n'est venu qu'en 90, 1 an après la chute du mur. Aujourd'hui je regrette de n'être pas parti plus tôt. Même si je me suis rattrapé depuis.

Dans les années 80, les chauffeurs ne manquaient pas La phrase des patrons c'était : "si t'es pas content j'en ai 15 pour te remplacer". En 90, quand je suis parti de chez BM, je me suis aperçu que les bons devenaient recherchés, il ne ma fallu qu'une semaine pour retrouver du travail. Aujourd'hui, la pénurie s'est installée, même un simple « tourneur de volant «  trouve du boulot facilement.